Anamnesis texte

Anamnêsis

«Ils se rapprochèrent sous l’impulsion du Désir qui, par les yeux, réveilla leur mémoire.» (Empédocle, De la nature)

C’est une image manquante, en creux, tapie derrière la mémoire. Un tissu originel, terreau de sen- sations qui nous précédent et resurgissent, inlassablement.

Les images contant la naissance du monde et des hommes se sont bâties à partir de mythes entrelacés les uns aux autres, de symboles collectifs, de légendes et d’histoires de tout ordre. Elles créent un fond de représentations sur lesquelles se greffent nos histoires personnelles, et réappa- raissent dans nos rêves, dans notre littérature.

Sous la diversité des formes reviennent la présence obstinée des éléments tels que l’eau, des jeux de forces antagonistes, un chaos ou un néant originel. Chez Empédocle par exemple, l’un des premiers penseurs grecs parmi ceux qu’on appellera les présocratiques et qui seront en partie à l’origine de la pensée occidentale, l’eau, la terre, le feu et l’air sont mis en tension par les forces d’attraction et de séparation, et la génération des corps suit ce même mouvement d’attirance et de répulsion.

Cette série se retourne ainsi vers la nuit de l’origine, à la recherche de ce qui se meut en amont du langage et de la mémoire. Elle navigue parmi certaines traces laissées par les premières pensées, poétiques et philosophiques, de l’origine du monde et des hommes. Des corps y surgissent, se cherchent et se soulèvent. Dans la circulation des éléments primordiaux se tisse cette quête d’un lieu de reconnaissance d’une antériorité toujours plus reculée.